¥832 hecq. mare nostrum. cd. february2k15.

 

tracklist:

I

*.mp3
II *.mp3
III *.mp3
IV *.mp3

upc 821272213925
release date: 10.02.2015

mastered by andreas [lupo] lubich at calyx berlin
artwork by beeple. www.beeple-crap.com
packaging 6 panel digipak

a large glass box and a loud hum fill the nave of the deconsecrated chapel. inside the box is marenostrum, the largest computer in spain. from the outside, the only sign that it is alive are the blinking lights and the noise from its ventilators. but marenostrum can say much more - it just needs someone who can hear it.

when i met benjamin boysen, i was looking for a musician for a documentary created using marenostrum, and i wanted the music to be done with it too. i had just found out that ben specialises in composing using electronic noise captured from circuits, so it felt like a perfect fit. i desperately wanted to convince him to work with us, although i only had to say supercomputer once before he said yes.

ben spent the few hours inside the glass box, recording marenostrum like a child in a toy store, deafened and frozen but with a huge smile on his face. when he came out, he already had the idea for what to do with the material after our project - an album made solely of marenostrum sounds. it was a special moment: the supercomputer would sing.

i have great admiration for ben, but still i was surprised at how well this album evokes what i imagine is the state of mind of marenostrum. from up close, the songs are a symphony of the strange and colourful sounds that happen as it computes problems in science and engineering. however, from a larger perspective, this is the music that algorithms make, this is how number crunching sounds like. this is the song of the computer.

fernando cucchietti, www.bsc.es

in august 2013 ben lukas boysen spent some time in barcelona, making audio recordings of the 9th biggest supercomputer in the world, mare nostrum. installed in a former chapel with acres of glass and steel, europe's most powerful computer is not only impressive in its performance but also in its appearance. with this album you will get a living proof of mare nostrum's audible skills, captured and processed by hecq.

this release is a fascinating symbiosis of electronic soundscapes and systematic recording where samples of mare nostrum's sound are masterly integrated into four lengthy compositions. abstract pulses of a machine with sometimes even creatural sounds and atmospheric synthesized ambience result in a deep, organic opus, creating a yet unheard sonic landscape in the listeners' minds. a dense, impressive auditory adventure and one more epic milestone of hecq's ambient-oriented side. highly recommended.

idieyoudie.com

http://www.idieyoudie.com/2015/02/hecq-mare-nostrum

ben lukas boysen is a producer’s producer and a sound designer’s sound designer. between his work for tv and film and albums released under his own name and as hecq, the berlin-based artist has carved himself an impressive niche, effortlessly and artfully wending his way through the worlds of technoid, ambient, idm, bass, and other subcategories of electronic music. mare nostrum, his latest for long-time label hymen records, proves to be something of a concept piece that puts his specific skillset to the test; all the music on the new lp is composited from field recordings of the titular supercomputer. the results exist somewhere between found sound recordings and ambient, with each of the records’ four nineteen minute pieces slowly unfolding richly textured collection of noises, some processed and some seemingly bare and direct. as a work of design it’s impressive: while mechanical recordings of various kinds have been a staple of 20th century art music, there’s something specific in boysen’s approach, a keen understanding of psychoacoustics and how our brain processes sound that is put to good use. while sounds you might expect to hear like drones and clicks aren’t in short supply, there are also plenty of moments where boysen creates oblique melody and rhythm merely by suggesting the space they might inhabit and outlining it with clever sonic manipulation. oddly enough for the level of abstraction involved, the album does a remarkable job of communicating something about the origins of its makeup. as each movement treads the line between totally conceptual and a distinct (if glacial and reserved) musicality, it also creates a context and an understanding within itself. there’s an internal logic that dictates the chattering and and stretching noises that bounce through the stereo spectrum, occasionally colliding with each other or sinking into a deep sea of swirling static, conveying the movement of electrons, the firing of digital synapses and some massive computational exercise in the offing. mare nostrum sounds like what it is, an impressive feat considering its notional essence. with the exception of an intense and varied plucked sequence near its final moments there are very few stretches that don’t exist in a sort of limbo defined by the familiarity of the listener with the the project’s genesis and their own ideas about what constitutes music. it’s fine to appreciate it on the level of a thinkpiece, although far greater rewards are to be found in just accepting its remit and freely exploring its varied contours and vast internal landscapes of noise. (alex)

black online

http://www.blackmagazin.com/?p=18497

das letzte reguläre album „avenger“ von hecq ist ja inzwischen auch schon wieder vier jahre alt und in der zwischenzeit veröffentlichte ben lukas boysen nur stückwerk und remixe unter diesem alias oder mit seinem bürgerlichen namen sounddesign für die werbebranche und film-soundtracks. sein neustes hecq-werk „mare nostrum“ wartet aber nicht mit den typisch gebrochenen beats und komplexen filmischen atmosphären auf, sondern ist diesmal ein ambient-album der extra-klasse geworden. ausgangspunkt für seine klangforschung war europas größter super-computer, welcher auf den namen mare nostrum hört (lateinisch für mittelmeer) und der sich in barcelona befindet. dieses monstrum von elektronischer technik steht unter einer glaskuppel, die in eine alten kathedrale auf dem gelände einer universität integriert wurde und so geradezu atemberaubend moderne und vergangenheit vereint. der betreiber von mare nostrum suchte für eine dokumentation noch jemanden für den soundtrack und stieß somit auf ben lukas boysen, der sich von dem technischen wunderwerk begeistert zeigte. im august 2013 war er vor ort und schnell war klar, das er die „feldaufnahmen“ von mare nostrum für ein eigenes album mit hecq verwenden wollte bzw. die idee für vorliegende cd feststand. in rund 79 minuten vermischt er dann das rauschen der lüfter und sirren wie pfeifen der festplatten von mare nostrum mit der wellenbrandung des mittelmeers und schreienden möwen-lauten. aus diesem doch recht begrenztem ausgangsmaterial macht hecq letztendlich aber eine unruhig-beruhigenden field recording-drone-ambient-oper in vier akten oder einfach nur easy listining für it-mitarbeiter! eine interessante sache, die sich vor allem auch wohltuend vom aktuellen stand auf dem dark ambient-sektor abhebt. (marco fiebag)

 

tartine de contrebasse

https://tartinedecontrebasse.com/2016/11/06/hecq-mare-nostrum-charon/

c’est vrai, on a déjà parlé de ben lukas boysen cette année. son spells publié chez erased tapes est cependant loin d’être un coup de foudre me concernant, mais je ne me répéterai pas et vous laisserai aller ici si la curiosité vous pique. ça m’embête un peu d’ailleurs, car ce berlinois bénéficiait jusque là d’une discographie exemplaire, foulant les genres de la musique électronique en y laissant à chaque fois une empreinte profonde et durable. comme je n’aime pas rester sur une (semi-)déception, surtout en tant que fanboy (j’avoue), je vais vous emmener avec moi début 2015, pour une chronique à rebours sur une de ses plus belles créations à ce jour. c’est parti pour mare nostrum, chez ses éternels amis de hymen records. petit prérequis introductif pour comprendre où l’on met les pieds : marenostrum est le super-ordinateur le plus puissant d’europe. situé à barcelone, il déroule ses kilomètres de fibre optique au sein d’une chapelle reconsacrée par et pour la science, enclavé dans une prison de verre et d’acier jurant là aussi avec la pierre ancienne de l’édifice ; sans lancer l’album, son histoire et ses contrastes semblent déjà nous faire comprendre son rôle d’intermédiaire entre deux mondes. hecq se manifeste là, à la demande de fernando cucchietti, un de ses baby-sitters du gros bébé, pour illustrer soniquement un documentaire dédié à marenostrum en utilisant uniquement des enregistrements de la machine, et même si on n’en verra probablement aucune image, la bande originale est sortie comme un projet à part entière. maintenant que vous avez saisi les postulats de base, il est temps de parler de la musique elle-même. déjà, on se retrouve ici dans une configuration innovante pour hecq, qui nous offre quatre monolithes de 20 minutes comme plat de résistance. associer ce paramètre et le fait que mare nostrum est entièrement composé à partir de field recordings de matos électronique, ça peut en effrayer certains, c’est sûr. mais après une première écoute téméraire, on se souvient que le type à l’origine du skeud, c’est pas n’importe qui. et surtout, on ressort de cette expérience un peu groggy et différent, étourdi mais serein, sans trop savoir pourquoi. y a quelque chose qui dépasse le cadre acoustique dans ce carré de pistes, une communication qui tente de s’établir entre la musique et l’auditeur, une progression d’un dialogue objectivement inintelligible entre deux mondes opposés mais naturellement compris et assimilé par notre cœur et ses processeurs. pour moi, mare nostrum est exactement ça : un témoignage capital de la portée des échanges entre l’humain et le digital. ce que je m’imagine en écoutant l’album est en fait assez simple, et suit les quatre morceaux comme autant de chapitres d’un livre à la fin ouverte. ne jugez pas la pseudo-chronique track-by-track qui va suivre, j’vous jure que je vais essayer de rendre ça bien. i. contact. l’artiste pénètre une dimension nouvelle, presque extra-terrestre, et rien ne pourra en émerger sans qu’il ne trouve un langage commun avec ses habitants. c’est certainement cela qui explique que i soit le morceau le plus abstrait et brut de l’histoire, car marenostrum et hecq doivent d’abord trouver le moyen d’interagir pour développer des connaissances ensemble. plus le morceau avance, plus l’atmosphère devient calme et nette, laissant bourdonner les essaims de particules en arrière-plan pour ne filtrer que les centres nerveux du langage informatique que sont des têtes de lecture de disques durs et des flux de données dans les câbles. le temps de l’observation et du domptage sont maintenant révolus. ii. traduction. une base de travail commune est désormais installée pour ouvrir la voie au progrès. les bruits électroniques et mécaniques sont cette fois rapidement remisés en fond de toile, submergés par des strates ambient spatiales émergentes ponctuées d’appels aigus et de pulsations profondes absentes de la précédente partie. difficile de capturer les détails de cette conversation comme le vocabulaire pour la comprendre est encore trop superficiel, mais il est évident que des sentiments transparaissent des fréquences qui nous transpercent. les motifs sonores erratiques sont de plus en plus faibles face à ce qu’on peut décrire comme des phases mélodiques distantes et périodiques, et ouvrent la voie à un niveau supérieur de compréhension. guidé par les gémissements de l’ordinateur, le processus de calibration entre les deux êtres n’est pas complet, mais la base de données pour qu’ils se comprennent entièrement augmente exponentiellement, donnant à des émotions strictement informatisées une résonance humaine inédite. décodons-nous ce que marenostrum nous dit ou bien est-ce lui qui nous décode ? est-ce que la machine s’adapte à l’homme ou bien est-ce que l’homme se transforme en machine ? iii. communication. le processus de création peut véritablement commencer. hecq et marenostrum commencent à fusionner leurs potentiels propres pour créer un nouvel algorithme où les idées humaines sont digitalement traitées et perfectionnées, et où les successions de 0 et de 1 sont ré-interprétées avec la sensibilité et l’expérience personnelles de hecq. les bruits électroniques sont substitués par d’immenses vagues fréquentielles tri-tonales, dont les origines semblent remonter au-delà du temps et de l’espace pour finalement ouvrir un portail vers un nouvel univers, sur les rivages où l’énergie de ces gigantesques rouleaux se brise. d’un côté, l’influence de marenostrum est rendue cristalline par l’intervention aléatoire de ses parties mécaniques dirigées par les pétaflops de données qui coulent à chaque instant au travers de ses artères digitales, pompées en permanence par des milliers de micro-processeurs ; d’un autre côté, on reconnaît instantanément la patte hecq dans cet océan de sons artificiels, créant d’une poignée d’enregistrements une partie drone très dense nous envoyant plus loin que la fin du cosmos, et réminiscente des meilleures heures de night falls. un climax de l’album qui fait table rase d’un passé pourtant proche pour ouvrir un futur de tous les possibles. iv. sublimation. c’était évident. la machine ne devient pas plus humaine, mais l’humain ne se digitalise pas pour autant. c’est plus que ça. nous sommes témoins d’une symbiose parfaite entre une créature organique et une autre numérique, deux esprits puissants et uniques qui se sont conjugués en une nouvelle entité valant infiniment plus que la somme de ses deux parties. quand les précédents morceaux mettaient un moment avant d’entamer des phases mélodiques développées, iv commence avec l’une d’elles aux frontières de l’espace-temps comme à la fin de iii, confirmant cette impression d’être en face d’un être supérieur. pas encore complètement stable, chacune de ses moitiés cherche encore à s’accorder à l’autre, marenostrum crachant ses poumons pour suivre les créations de hecq et lui essayant de convertir les algorithmes du super-ordinateur en pièces concrètes. mais pour réellement se surpasser, ils doivent tous les deux ignorer leurs propres limites, et c’est exactement ce qu’il se passe dans iv : une décision partagée de concentrer leurs connaissances et leurs émotions pour dépasser leur potentiels pourtant déjà incroyables. la première grande étape du succès de communication entre eux fut la création de parties mélodiques dans ii, et son développement dans iii. le dernier palier avant la transcendance sera donc la création d’une partie rythmique, retrouvée ici dans les dix dernières minutes de l’album. un tempo se devine derrière un nuage d’électrons agité, mais les notes sont frappées irrégulièrement, parfois de manière fausse, plus fortement ou plus doucement. ou bien le sont-elles ? ne serait-ce pas simplement un niveau supérieur de compréhension pour nous, humains qui ne pouvons pas saisir la beauté de cette création ? on peut quand même ressentir l’impact émotionnel que ce semblant de conclusion a sur l’ensemble du concept, évoluant de sons et glitches nés dans des circuits abstraits vers des parties mélodiques, puis rythmiques qui se libèrent presque de leurs origines. mais il se passe indéniablement des choses qui nous échappent ici. ils disent qu’un humain moyen utilise environ 10 % de ses capacités cérébrales, malgré l’existence de beaucoup plus de connexions neuronales. mare nostrum est peut-être une clé nous offrant l’accès au reste ; ses effets psychoacoustiques sur mon cerveau me permettent en tous les cas de lui laisser cette possibilité. toutes les lumières s’allument dans mon système nerveux quand je le lance, décuplant les sens et produisant de douces paresthésies jusqu’au plus distantes terminaisons nerveuses de mon corps. après un an et demi de gestation, force est de constater que cet album n’est seulement génial mais absolument nécessaire, et ne souffre d’aucune longueur malgré ses 80 minutes atteintes les doigts dans le nez (rajoutez-en 30 si vous allez découvrir les deux parties bonus mises en ligne par hecq sur son soundcloud). si ce n’est pas déjà fait, allez donc écouter d’urgence un album qui passera certainement à la postérité. je vous avais dit qu’elle serait bien cette chronique, non ? non ? digital ou cd chez hymen records, et pourquoi pas double-vinyle dans l’avenir, car l’album et sa musique seraient parfaitement adaptés à ce format. night falls est bien sorti sur wax huit ans après, tous les espoirs sont permis… (dotflac)

 

hecq discography. 02.2015:
mare nostrum. cd. hymen records ¥832. 2015
conversions. cd. ad noiseam adn174. 2014
horror vacui. cd. hymen records ¥813. 2013
enceladus. 12". ad noiseam adn149. 2012
avenger. cd. hymen records ¥792. 2011
spheres of fury (w/ exillon). 12". contortion cont001-1. 2011
sura. 12". ad noiseam adn128. 2010
steeltongued. 2cd. hymen records ¥772. 2009
golden pines. cd-r. binkcrsh bk039. 2008
night falls. cd. hymen records ¥767. 2008
zetha. 12". onpa 003. 2007
0000. cd. hymen records ¥758. 2007
bad karma. cd. hymen records ¥748. 2005
scatterheart. cd. hymen records ¥742. 2004
a dried youth. cd. kaleidoskop kal003y. 2003

hecq webpages:
www.hecq.de
www.soundcloud.com/hecq
www.facebook.com/hecqofficial

back